Université Front de Gauche – Luttes étudiantes

 » Les luttes étudiantes contre la privatisation des universités dans le monde  » 

Patrice Perdereau étudiant syndicaliste Québécois

Syndicalisme étudiant

Il existe 2 types de syndicat étudiant à Montréal : Institutionnel et radical

Situation actuelle

Le gouvernement est fortement remis en cause par la population car la répression policière est très dure.

Contre culture

Un signe distinctif fut créé lors des récentes luttes étudiantes, ce signe représente un carré rouge symbolisant la résistance face aux réformes néo-libérales. Le port du carré rouge ne se cantonne pas au milieu étudiant  et s’étend aux autres catégories sociales.

Stravos Panagiotis étudiant syndicaliste Grec membre de Syriza

Processus de Bologne

Le processus vise à instaurer une compétitivité des universités européennes face aux universités des Etats-Unis et du Japon en s’adaptant au marché du travail privé. Il vise également à instaurer la mobilité, la flexibilité et l’employabilité des étudiants. L’objectif global est de façonner l’université en vue de son asservissement à l’économie néo-libérale.

Objectifs des réformes universitaire en Grèce :

Application de Mémorundum austéritaire

Contrôle du service public par le privé

Modification du contenu des cours

Formation de travailleurs plus docile en mettant en place un filtre idéologique.

Destruction de certaines filières non rentable comme la sociologie.

Des étudiants ayant des fragments d’études seront plus facilement exploitable. On inculque à l’étudiant la culpabilité vis à vis du chômage : « si tu veux tu peux » , « si tu es au chômage tu en es l’unique responsable »

Bourses étudiantes

Les bourses étudiantes ne sont plus garanties. Elles sont assujetties aux nombres de contrats signés entre l’Etat et les entreprises privé.

Enseignants Grec

L’évaluation des enseignants est soumise aux critères des entreprises privé

Structure démocratique de l’université

La direction de l’université est remplacée par un conseil d’administration composé de personnes extérieures au monde de l’éducation. On y trouve des politiciens, des hommes d’affaires et des directeurs d’entreprises privé. La gestion des universités devient commerciale, elle vise à détruire les structures démocratiques de celles-ci.

José Soeiro Etudiant syndicaliste Portugais membre du Bloco de Esquerda

Le marché privé instrumentalise l’université et tend à détruire son espace de réflexion critique nécessaire pour le maintien des structures démocratiques de la société.

Constitution portugaise

La gratuité de l’école publique inscrite dans la constitution portugaise à été récemment remise en cause. L’article correspondant s’est vu reformulé pour devenir « L’école est tendanciellement gratuite pour tous ». La sémantique joue un rôle important dans l’acceptation de la privatisation du service public aux yeux de la population.

Frais de scolarité

L’augmentation des frais d’inscriptions fut le moteur des luttes étudiantes portugaises.

En 1994 le gouvernement socialiste étant fort, l’apparition des frais de scolarité mise en place par la droite pu être annulée sous la pression des luttes étudiantes.

En 1995, le gouvernement socialiste recula et réintégra les frais d’inscriptions universitaire par des réformes insidieuse.

En 2002, la droite au pouvoir augmenta de façon brutale les frais d’inscription. Depuis cette période la tendance est à l’augmentation continue.

Processus de Bologne

L’université tend à devenir le marché européen de l’apprentissage et l’outil d’approfondissement des réformes néo-libérales. Le cursus universitaire est soumis à un nouveau découpage : Licence et Master. Les frais d’inscription en Master sont non plafonnés et peuvent atteindre jusqu’à 14 000 euros par ans (cours de gestion).

Direction des universités

Le pouvoir de l’université se concentre dans les mains du conseil d’administration se composant uniquement de partenaires commerciaux et financiers. Les syndicats sont absent de ce cercle de pouvoir.

Dictature de la dette

L’économie universitaire devient une économie financière. 40 000 étudiants ont perdus leur bourses universitaire depuis 2011. L’abandon scolaire est en hausse. L’emprunt des étudiants pour financer leurs études s’élève à 200 millions d’euros pour la seule année de 2011. Le dogme néo-libérale selon lequel le fait d’être chômeur est dû au manque de motivation et au manque d’esprit entrepreneurial est la clé de voûte de la dictature de la dette. Le leitmotiv récurrent  de la dictature de la dette relayé par les médias de masses est « Il n’y a pas d’argent ».

Ion Doar Etudiant syndicaliste Espagnole membre de Izquierda Unida

Histoire du mouvement étudiant espagnol

Lors de la chute de la dictature Franciste, le mouvement étudiant s’est considérablement affaiblit, il traversa une crise idéologique. C’est à cette époque que le gouvernement socialiste s’allia avec l’OTAN. En 1980 le service public est libéralisé. En 2001 la droite au pouvoir met en place des réformes structurelles dans l’éducation public : la LOU (loi organique de l’université). Par la suite les socialistes réélus maintiendrons la LOU.

Conséquences du processus de Bologne

La notion de compétence se substitue à celle de connaissance. Le domaine de la recherche universitaire est subordonné au marché privé. La transmission des connaissances est considérablement altérée au sein de l’université.

Droits étudiants et répression

Il n’existe plus de syndicat étudiant espagnol mais un fédération d’associations étudiantes : « Les étudiants en mouvements ». Des lois répressives déjà proposées sous Franco sont mise en place et visent à diminuer les droits étudiants. Certaines de ces lois scélérates contraignent les étudiants étrangers à payer leur frais de scolarité plus cher qu’un étudiant moyen. Il existe une incompatibilité entre capitalisme et démocratie.

Direction des universités espagnoles

Les recteurs sont remplacés par des entrepreneurs, l’université est asservie par le monde de l’entreprise.

Financement des universités

Le système de financement des universités est mixte : aide de l’Etat et investissement privé. Le financement des entreprises privé permet de maintenir l’université sous sa dépendance. Le privé ne donne jamais gratuitement. L’université devient un bien consommable et non un bien commun.

Frais de scolarité

Le prix d’une année d’inscription varie selon les résultats de l’année précédente. Plus les résultats sont médiocres, plus le prix augmente. Les résultats scolaire deviennent également une marchandise.

Université & concurrence

La mise en concurrence des universités par l’intermédiaire d’un classement à pour but d’attirer les investisseurs privé. Les cursus scolaires sont évalués selon leur rentabilité, ceci entraîne la disparition programmée de certaines filières comme les sciences humaines. La rentabilité devient donc la condition de survie d’un sujet d’étude.

Stratégies et motivations

L’augmentation des frais d’inscription universitaire et les lois xénophobes touchant les étudiants étrangers ainsi que les fortes violences policières, furent l’amorceur des luttes étudiantes espagnoles. Le mouvement des étudiants est très liés au mouvement des indignés. L’accélération des réformes austéritaires sous prétexte de crise économique généralisée va entraînée une forte mobilisation et élargir les revendications dès la rentrée.

___________________________________________________________________________________

Publicités

0 Responses to “Université Front de Gauche – Luttes étudiantes”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s




Publicités